Vivre pieds nus à Liège, pourquoi pas ?

Peut-être l’avez-vous déjà rencontré. Pour ma part, non.

Je vous présente Patrick (55 ans) le marcheur aux pieds nus, par tous les temps et tous les terrains.

Depuis 38 ans, Patrick marche pieds nus, chez lui, dans la rue ou encore dans les parcs.
Pour lui, cette façon de vivre est devenue sa liberté mais en plus des dangers de blessures par rencontre avec des objets
coupants, il parait que cela n’est pas très bon, d’après les orthopédistes :

d’un point de vue orthopédique pur, ce n’est pas bon. Les chaussures assurent le soutien de la voûte plantaire.
Sans compter que nous marchons souvent sur des surfaces dures et que le risque de blessure est loin d’être nul. On ne met pas les pieds là où l’on met les
mains! À pieds nus, on ne sait pas toujours sur quoi on marche. On peut facilement se faire piquer par un insecte ou se blesser.
Le risque d’infection est bien présent.
(Réf. La Meuse-Liège)

Alors, farfelu, provocateur ou libre comme l’air ce Liégeois ?

Advertisements

2 thoughts on “Vivre pieds nus à Liège, pourquoi pas ?

  1. D’un pur point de vue orthopédique, les opinions sont partagées : les uns estiment qu’ont doit éviter de marcher pieds nus, alors que les autres encouragent au contraire de le faire le plus souvent possible.
    Par ailleurs, la tendance des chaussures de course, depuis plusieurs années, est d’aller vers un minimalisme total, pour reproduire au maximum la sensation de la course pieds nus. Cela part du constat que pieds nus, les blessures sont moins nombreuses et la récupération plus rapide.
    On note aussi un pied plus sain, exempt des déformations dues au port des chaussures.
    Et le bon sens devrait nous rappeler que le pied est fait pour marcher sans accessoires. Il importe donc de commencer de façon progressive, pour réhabituer le pied à cette nouvelle liberté, et les bienfaits seront énormes.
    Ensuite, c’est très simple : on se lave et tout va bien. Car en effet, on ne met pas les pieds là où on met les mains : on met les mains à la bouche ou au visage très souvent, sans pourtant les laver en permanence, alors qu’on ne mange pas avec les pieds.
    Conclusion : les plus sales ne sont pas ceux que l’on croit.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.