La gare n’aime pas l’hiver

Si Calatrava voyait ça, il reverrait peut-être son projet…

Notre nouvelle gare ne supporte pas bien l’hiver : en plus des courants d’air de toute l’année,
il y fait sombre lorqu’une couche de neige recouvre la verrière. Plus grave et préoccupant : les traînées laissées sur les pilastres en béton par la pluie et
les traces de rouille déjà visibles ça et là.

La SNCB-Holding assure qu’il n’y a pas d’inquiétude à se faire et qu’un nettoyage complet est prévu chaque année,
tandis que trente-trois équivalents temps-plein travaillent essentiellement la nuit et en dehors des heures de pointe pour ne pas gêner les voyageurs.

Moi, je me dis que lorsque tout l’ensemble des Guilllemins-Médiacité sera terminé, il nous faudra peut-être déjà une nouvelle gare !

Advertisements

2 thoughts on “La gare n’aime pas l’hiver

  1. Parfaitement dit. Avant l’inauguration de cette mégalo-gare, j’avais déjà remarqué des traces de rouille un peu partout. Tout avait été nettoyé pour la circonstance. Cette rouille réapparaît de manière récurrente. On ne s’inquiète pas, mais elle doit déjà ronger les structures de l’intérieur. Quand elle sera complètement rouillée, la gare cadrera parfaitement avec la « basilique » de Cointe située en arrière-plan. Et pour la restauration de cette dernière, j’ai toujours une solution. Il suffirait que nos responsables politiques liégeois prennent un peu le taureau par les cornes. Quant à la construction du fameux tram, dont on peut pressentir qu’il roulera souvent à vide, c’est une nouvelle ineptie liégeoise dont la construction viendra pour un temps flatter l’égo de certains. Rassurez-vous: ce ne sera pas perdu pour tout le monde. En résumé: je n’aime pas l’hiver, je n’aime pas la gare, je n’aime pas la gare en hiver.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.